Publié le 17 Juil 2015 | 3 commentaires

Quand j’ai commencé mon projet, une des phrases que je répétais à l’envie c’était que je n’imaginais pas que je n’aurais plus de problèmes en devenant entrepreneuse. Je savais que j’en aurais. Mais je disais aussi que  contrairement à mon travail d’employée je pourrais résoudre ces problèmes à ma façon. Que personne ne serait là pour me dire comment je devais réagir. ET bien ça y est on y est. J’ai de vrais choses de grandes à résoudre. Des décisions importantes à prendre. Et puis tu sais il y a ces moments aussi où tu te dis : Là c’est le haut de la vague, mais je sais qu’il y aura des creux. Tu te le dis comme ça, en théorie. Mais elle est grande la nuance entre y penser et celle de rester éveillée toutes les nuits parce que tu as beau tourner et retourner les données dans tous les sens, tu vois bien que ça ne va pas du tout. BREF. J’en suis à ma troisième année avec Graine de Carrosse. Contre toute attente de ma part, et malgré le fait que je vends du rêve j’ai maintenant un chiffre d’affaire plus qu’honorable. Mais il y a une chose que je n’avais pas du tout imaginé. Pas pu pressentir, ni envisager. C’est qu’à vouloir absolument chercher  & montrer ce qu’il y a de beau, ce qu’il y a de grand chez les gens j’allais me frotter à des situations où cette façon d’être et d’envisager la vie  ne plairait que très moyennement. Et je me suis aussi retrouvée coincée. Tellement que je pourrais en rigoler.

Tu sais moi la fille qui dit tout le temps :

Tout est possible, il faut voir grand.

Si tes rêves ne t’effrayent pas assez c’est qu’ils ne sont pas assez grands.

On n’a pas peur du noir quand on aime les étoiles

Et bien depuis peu, j’ai dû un peu réviser mon jugement. Parce que tout simplement parfois, quand ce n’est pas possible et bien ça ne l’est pas. je continue à penser que si c’est vraiment ton chemin la vie te représentera l’occasion. Plusieurs fois. Et de plusieurs façons. Du coup, cette fois c’est moi qui ait fait appel à tes MOTS à toi. Une fois n’est pas coutume. Au creux de la vague on ne voit plus bien l’horizon. Toi qui est loin tu as une meilleure vue d’ensemble. C’est pourquoi je t’ai demandé de me rappeler pourquoi je sacrifie tout ce que je suis entrain de sacrifier. Tu as été présente. Encore plus que je ne l’attendais. Voici ta réponse.

Facebook GDC

Facebook GDC4

Facebook GDC5

Facebook GDC6

Facebook GDC7

Bref, je vis une de ces périodes où j’en apprends beaucoup sur toi ta gentillesse, sur les autres, & sur moi. Une période riche. Et tout ce que j’accumule, tout ce que je vis te servira aussi. Le Magasin de Mots prend forme.Tu retrouveras tout ça dans des boîtes, des petites fioles qui te serviront toi aussi à poursuivre ton combat.

Le Magasin de Mots est en route. Il adviendra.

Ce dimanche, j’y dépose une bonne partie de ma vie.

Ce lundi, je la range et l’organise pour pouvoir reprendre le fil de la tienne.

Alors quoi qu’il arrive je te le dis, c’est beau, c’est grand, un PROJET qui prend vie.

Tu ne te trompes pas si tu te dis que coûte que coûte il faut que tu donnes le sens que toi tu veux à ta vie.