Publié le 6 Nov 2015 | 1 commentaire

Je préfère prévenir le post de cette semaine et celui de la semaine prochaine vont sans doute te faire penser (encore plus que d’habitude)  que je suis complétement illuminée et tu auras bien raison. Je n’ai toujours pas rejoins les petits frères de Raël,  ni intégré un SUPER groupe d’entraide qui s’appelle les Âmes volantes du Saint Sacrement de l’archi-duc du Ciel du 8ème mois . Non, rien de tout ça. La SECTE dont je fais désormais partie s’appelle L’Humanité où le 4MO* comme tu veux. Viens nous y rejoindre, ma soeur tu verras c’est trop bien! Tu y es peut-être déjà, remarque, toi! Moi je découvre et au cas où ce ne serait pas déjà le cas, je me suis dit que ça pourrait t’intéresser d’y entrer!

71R6j8lIZ0L._SL1500_

Je suis tombée sur le livre Les complexés du Bonheur  de Frédéric Fappanni totalement par hasard (mais oui c’est ça, le HASARD). C’était un jeudi je crois. Lors d’une ennuyeuse séance de formation sur le portail du réseau de Médiathèques pour lequel je travaille encore jusqu’au 23 décembre inclus [YYYYYIIIIIIIIIIIIIIIIIIAAAAAAAAAAAAHHHHHHHHHHHH]. Ce livre était téléchargeable gratuitement une fois que tu étais connectée. Tu penses bien que je serais bien incapable de te raconter la fin de la séance. Je me le suis imprimé (tout en ayant absolument rien contre les tablettes et autres écrans pour lire, mes goûts personnels m’amènent à préférer le papier et à le trouver plus reposant pour mes yeux). J’ai profité d’un dessin animé que ma fille regardait, pour le lire. Enfin pour le dévorer. C’est très court. 24  pages, tout au plus. C’est bourré de fautes d’orthographe. Je te le dis parce que Léa (le Lutin du Magasin de Mots) à qui je l’ai fait lire, me l’a fait remarquer. En vrai,  alors que généralement les fautes d’orthographes des autres me sautent aux yeux (contrairement aux miennes) là, je n’ai jamais vu que ce texte en était rempli. Auto-validant ainsi mon précepte qui veut que quand tu t’attaches à lire le fond,  tu arrives généralement à dépasser la forme (un peu comme quand tu lis en anglais quoi).

BREF! Sur la route qui me mène à moi-même et à ce que je suis, en dépit de ce qu’on voudrait que je sois, j’avais déjà ressenti et senti certaines choses que Frédéric Fappani t’expliquera beaucoup mieux que moi! Je ne vais pas te refaire tout le texte. Ça n’aurait pas d’intérêt. Et  je te fais confiance tu vas t’y plonger aussi assidument que je l’ai fait (tu m’envoies un mail  si tu n’as pas les moyens de l’acheter). Parce que toi aussi tu en es. Je le sais. Sinon tu ne serais pas là,  à t’esquinter les yeux et le cerveau sur mes posts de blog  alambiqués.

AVANT je disais les CONS, les EMMERDEURS, les CHIANTS. Et puis j’ai rencontré Nac’Imagine qui m’a présenté les choses autrement. Lui, il m’a parlé de stades d’éveil différents.

Dans le monde de Nac’Imagine et par conséquent dans le mien maintenant, il y a les gens éveillés et ceux qui ne les sont pas encore. Tu noteras déjà qu’on a augmenté d’un cran en terme d’espoir sur le devenir de l’être humain. L’être humain  EST ou il N’EST pas encore. Mais un jour c’est sûr, il SERA.

Le livre de Frédéric Fappani m’a permis d’affiner encore l’appréhension  de mon monde en deux parties distinctes (mais tout de même amenées un jour à se reconcilier). Maintenant dans ma vie il y a les Illuminés (dont j’estime humblement commencer à faire partie, même si je commence à peine à entamer l’ascension qui va me mener hors de la grotte **) et les Complexés du BONHEUR. Je m’explique. Tu vas comprendre rapidement de qui on parle.

12139625_1674641742772957_1109844499_n

Mais avant toutes choses, voici dans l’introduction de ce livre ce qui a retenu mon intention:

Je vous invite donc à vous ouvrir et à laisser de côté votre versant misonéiste *** [J’adore apprendre des nouveaux MOTS!] pour vous élever à cette manière de penser qui vous permettra de vous ouvrir à la perspective que je vous propose. Ainsi je pourrais, vous faire découvrir que l’on peut Penser que le triomphe de la part lumineuse de l’Humanité est en cours ou/et même plus encore qu’une nouvelle humanité plus lumineuse est déjà là et va se développer.  Je fais partie de ceux qui pense que les difficultés que nous vivons sur le plan planétaire depuis le 20 ème siècle jusqu’à ce début de 21 ème siècle, ne sont peut-être pas annonciateurs, que de choses négatives?

Bon, déjà là tu peux percevoir à peu près ce qui a retenu mon attention? Exactement la même chose qui m’a percuté quand  j’ai rencontré Nac’Imagine en fait. Ce SENTIMENT de ne pas être seule à ressentir ce que je ressens. Un peu à l’opposé de ce jour où un ami de mon amoureux m’a dit sur un ton offensif:

OUI, MAIS TOI T’AS UNE VRAIE CAPACITÉ AU BONHEUR

Comme si c’était une maladie grave et que ce n’était pas quelque chose que j’avais travaillé. Un peu comme ces GENS qui trouvent que tu as de LA CHANCE de savoir dessiner/coudre/d’avoir un projet qui réussi, parce que ça leur évitent de se dire que s’ils se mettaient à travailler beaucoup sur eux-même, eux aussi pourraient arriver à un état d’équilibre intérieur que l’on appelle communément BONHEUR. Et que la CHANCE n’a rien à voir la-dedans. La CHANCE des autres c’est une des excuses préférées  des Complexés du BONHEUR.

12132898_437442356450817_1321038186_n

Et puis la suite de son introduction m’a vraiment éclairé!

Afin de vous faire découvrir le processus à l’oeuvre dans l’Humanité depuis les temps anciens, j’ai décidé d’aller à l’essentiel, en m’intéressant à des textes évidemment, mais aussi en proposant une analyse mettant en lumière ce fameux complexe du bonheur et donc aussi ceux qui en sont atteint les complexés du bonheur. Ce concept Le complexe du Bonheur je le pense à l’oeuvre depuis longtemps dans l’Humanité. c’est pourquoi tout d’abord, j’ai choisi de vous faire, vous intéresser à l’Allégorie de la Caverne de PLATON.

 

Le Mythe de la Caverne

Et là, tout est devenu limpide! MAIS OUI bien sûr! Comme toi, j’avais abordé l’Allégorie de la Caverne en philo au lycée. Comme toi, j’avais vaguement saisi de quoi il s’agissait me demandant quand même ce que cette situation avait de vraisemblable. SÉRIEUX!? Le truc improbable quoi. Des mecs enchaînés au fond d’une caverne. Qui n’auraient jamais vu la lumière du jour. Mais qui auraient quand même une vague idée de ce que c’est. Derrière eux, un mur auquel ils sont enchaînés et dans l’impossibilité de tourner la tête. Derrière ce mur d’autres gus passent avec des objets fabriqués de toute sortent qui dépassent au dessus du muret et projettent leurs ombres en face des mecs qui sont enchaînés. Tu me suis? Déjà là, le prof m’avait un peu perdu je crois. Les gus porteurs d’objets parlent parfois et parfois se taisent. Faisant penser aux gus attachés que ce sont les objets qui produisent ces sons. Bref les mecs attachés discutent entre eux et sont persuadés que ce qu’ils voient tous, EST la réalité. Certains d’entre eux prétendant même mieux comprendre ce qu’ils voient que les autres et ils seraient alors reconnus et validés comme les chefs/ les intelligents par les autres.

IMAGINE maintenant qu’un des gus enchainé  sorte de la caverne et s’aperçoivent de l’arnaque dans laquelle il vit depuis des années. Depuis toujours en fait! Déjà il est  aveuglé et ensuite il est un peu vénère au départ, je pense.  Et maintenant IMAGINE une fois que ce gus a vu la LUMIÈRE, les ARBRES, les FEUILLES, la NUIT, les ETOILESl’EAU et toutes les MERVEILLES qu’on peut trouver dans le MONDE.

IMAGINE qu’à ce gus on lui fasse faire un choix en MODE tu préfères? ****

 Et s’ils se décernaient alors entre eux honneurs et louanges, s’ils avaient des récompenses pour celui qui saisissait de l’oeil le plus vif le passage des ombres, qui se rappelait le mieux celles qui avaient coutume de venir les premières ou les dernières, ou de marcher ensemble, et qui par là était le plus habile à deviner leur apparition , penses-tu que notre homme fût jaloux de ces distinctions, et qu’il portât envie à ceux qui, parmi les prisonniers, sont honorés et puissants? Ou bien, comme le héros d’Homère , ne préférera-t-il pas mille fois n’être qu’un valet de charrue, au service d’un pauvre laboureur, et souffrir tout au monde plutôt que de revenir à ses anciennes illusions et de vivre comme il vivait?
Je suis de ton avis, dit-il; il préférera tout souffrir plutôt que de vivre de cette façon-là.
Imagine encore que cet homme redescende dans la caverne et aille s’asseoir à son ancienne place : n’aura-t-il pas les yeux aveuglés par les ténèbres en venant brusquement du plein soleil?
Assurément si, dit-il. (Platon, République Livre VII)

12139888_488344031347366_1686639088_n

Bon, à la fin le GUS qui a vu la lumière et qui revient dire aux autres de sortir, les keums ils le tuent!

Mais si on y va doucement. Si on leur explique d’abord comment C’EST TROP BIEN dehors! Si on leur fabrique des petites boîtes et des illustrations pour leur montrer des choses qu’ils percevaient mais qu’ils n’avaient jamais vraiment identifié? Peut-être qu’on éviterait d’en arriver à cette extrémité? Et peut-être même que les gus d’eux-même ils se libéreraient?

Les autres, ceux qui sont enchaînés dans la Caverne ce sont ceux qu’ils appellent Les complexés du BONHEUR.

Les complexés du BONHEUR c’est Toi c’est MOI avant. Quand on ne savaient pas et qu’on pouvait encore faire semblant.

Les complexés du BONHEUR voici ce qu’en dit Frédéric Fappani:

Finalement l’être en cours de libération est ébloui par une lumière qu’il n’a pas l’habitude de supporter. Il souffrira de tous les changements et de cette sortie de l’Habitude malheureuse. on pourrait même dire qu’il y a une souffrance à sortir de l’habitude au malheur et à l’inconfort. Il ira même jusqu’à résister au processus de libération à l’oeuvre en lui et aura biend u mal à croire ce que la destinée veut luimontrer de cet avènement de lui-même et plus encore le BONHEUR. Difficile de ne plus être un complecxé du BONHEUR, car au moins avec le malheur on saît ce qu’on a!

Alors ouais tu peux conclure en te disant que j’ai vu Jésus! Mais ce n’est pas Jésus que j’ai vu. C’est l’explication qui à cette heure-ci dans ma vie me permet de comprendre et d’accepter les manques et les petites mesquineries de mes contemporains. C’est ce qui me fera regarder avec tendresse les TROLLS qui essayent de venir faire caca devant le PORTE du Magasin de MOTS. Parce qu’on en a des gens qui sont dérangés par ce qu’on propose et parce qu’on est entrain de fabriquer. Mais ça ne fait rien. Je les comprends et je sais qu’un jour ils reviendront nous dire RIEN d’ailleurs. Quand on les verra arriver tout sourire on saura. Et on se regardera les yeux mouillés. CONTENTS d’être LA. ENSEMBLES, au même endroit.

 

PS: La semaine prochaine je t’explique comment deux éveillés m’ont aidé. Comment ils pourront aussi t’aider toi aussi où que tu en soi et comment on va leur envoyer tous les Complexés du BONHEUR qu’on connaît parce que grâce à eux ils pourront sortir de la grotte encore plus rapidement et efficacement ce qui nous fera gagner du TEMPS.

12145575_1481894208783420_1854376114_n

* 4MO Mouvement de Maintien du Merveilleux en Milieu Ordinaire

** Le Mythe de la Caverne de Platon

***Le misonéisme (du grec miso- : « qui hait » et néo : « nouveau ») est l’attitude qui consiste à rejeter toute innovation. On dit aussi néophobie. Il est ainsi fréquent qu’une génération considère que l’attitude de la génération précédente est misonéiste.

**** Tu préfères avoir 122 canards qui te suivent et qui font coin-coin à chaque fois que tu t’assois où une jambe en mousse?