Publié le 12 Juin 2015 | 6 commentaires

Cette semaine j’ai reçu ce mot. Je ne sais pas ce que tu y vois, toi?

Moi j’y vois de la reconnaissance et beaucoup d’amour.

J’y vois une enfant scolarisée en CLIS, qui a fait l’effort de m’écrire un MOT en forme de coeur pour me dire qu’elle a reçu avec joie ce que je lui ai donné lors d’ un atelier de Fabrication de Boîtes à musique MAGIQUES & MAGIQUE sur lequel je reviendrai ici, la semaine prochaine. Si j’ai choisi de parler des fautes d’orthographe, aujourd’hui c’est que  la veille de ce petit MOT touchant j’ai aussi reçu ce mail:

Bonjour,

Je trouve votre concept super original mais, ne le prenez pas mal, il y a souvent des fautes d’orthographe dans vos textes, ce qui est gênant étant donné que vous faites des mots votre spécialité.

Par exemple :

Si tu peux lui parler de ce projet je t’en serais grée

Gré ne prend pas de e final et il s’agit du verbe savoir et non être (savoir gré et non être gré)

Il est dur d’échouer, mais il est encore plus dur de ne pas avoir essayer.

essayé pas d’infinitif.

Voici ma réponse à ce mail.

Merci beaucoup! Oui je sais vous n’êtes pas la seule à me le dire. Je suis la preuve vivante que lire beaucoup n’améliore en rien l’orthographe. On m’a dit toute ma vie que je n’arriverais à rien si je n’améliorais pas ça. Et j’ai fini par l’intégrer. Je sais que mes mots ne seront jamais parfaitement orthographiés. La faute au temps, à la rapidité. Et je sais aussi que ça arrête certains d’entre vous dans la lecture. Mais soyez sûre que ça n’enlève rien à ma sincérité! Je vais essayer de faire attention encore un peu plus.

Mon amie Émilie m’a même avoué avoir rêvé qu’elle me disait que ça n’était plus possible. Qu’elle voulait bien me corriger mes textes avant mes envois. Dans son rêve hein, pas dans la vraie vie réveillée. Ca m’a fait rigoler.

Ce que je viens faire ici aujourd’hui, ce n’est pas me justifier. Je vais juste t’expliquer. Même si je sais que toi, tu ne m’en tiens pas rigueur et que tu prends ce que je te donne avec tout l’amour dont tu es capable. Comme je l’ai dit à cette dame, je LIS beaucoup. BEAUCOUP. On m’a toujours plus ou moins expliqué que LIRE BEAUCOUP améliorerais mon orthographe et sa qualité. Et bien je crois que sans le faire exprès, que je m’emploie depuis des années à prouver que NON PAS DU TOUT. Pourquoi?

Parce que quand je lis, je ne m’attache pas à détailler la façon dont tel ou tel mot est écrit.

Non quand je lis j’oublie la forme des mots pour grimper sur leur dos.

Quand je lis, je n’ai pas le temps de les détailler. Je les enfile un par un sur le fil de mes pensées.

La deuxième chose que je voulais te dire à ce sujet c’est que TOUTE ma scolarité on m’a dit qu’il fallait que je corrige ça chez moi. Que je me relise. Que je faisais des fautes d’inattention. Jusqu’à ma première année de Doctorat on m’a dit ça.

Vous n’arriverez à rien, si vous ne corrigez pas ça chez vous.

Je suis tellement orgueilleuse et susceptible que peut être que j’ai crée mon métier de Marchande de mots pour leur prouver que si,  j’y arriverais. Et pas en me pliant aux règles. Ni à celle de l’orthographe. Ni à  celles de la société. Non. Juste en restant comme je suis. J’essaye de faire attention. Mais l’orthographe accompagne mal ma spontanéité. Par exemple, je SAIS que mes Nouvelles du BONHEUR en étaient criblées. Et sans tenter de m’auto-justifier je voulais juste t’expliquer comme j’étais sur un fil pour les rédiger. Les Nouvelles du Bonheur ne sont pas rédigées une semaine à l’avance et pré-programmées. Non les Nouvelles du Bonheur exigent de coller à la réalité et à l’actualité. Aussi je les écrivais chaque soir. Parfois à 23h30. Après avoir fini un fichier pour des faire part. Parfois entre 20h00 et 21h00, le temps que ma fille s’endorme et que mon amoureux viennent me retrouver pour passer UNE soirée dans la semaine collés serrés. Alors tu imagines bien qu’une fois les idées trouvées. Une fois les MOTS jetés sur le papier, je ne passais pas une autre demi heure à me relire, à me corriger et à peaufiner.

Non pour moi, l’essentiel y est.

L’amour, la JOIE, l’espoir et la MAGIE que je voulais.

ET sans mesquinerie aucune je ne peux m’empêcher de m’interroger sur les gens qui cherche la FAUTE chez l’autre. J’imagine que lorsqu’on est bon en orthographe, cela saute aux yeux sans qu’on ait rien demandé. Mais dans le cas de mes publications. Avec ce que j’y mets, j’avoue que ça me fait toujours un peu sourire qu’on s’attache à la forme plutôt qu’au fond. Mais j’entends bien que pour certain c’est totalement rédhibitoire. Alors je préfère être honnête avec toi. Si c’est ton cas je crois qu’il va falloir que tu t’y fasses ou que tu t’en lasse. Je vais essayer de corriger ça, autant que faire ce peu. Mais je sais déjà que ça ne va pas beaucoup s’améliorer. Et puis je crois que je peux arguer du fait que mes IMPRESSIONS elles, sont dépourvues de toutes erreurs.

Parce que la technique implique de prendre du temps.

De peser ces mots et ce qu’on met dedans. Mon téléphone et mon ordinateur eux, sont moins exigeants.

Dimanche pour aller à Lens animer mon atelier, je suis partie avec Blablacar. C’était la première fois. C’était riche comme rencontre. On a beaucoup parlé avec Julie et Charlotte. Je crois que j’ai encore un peu joué mon rôle de prêcheuse du BONHEUR, de L’ESPOIR et de la fille qui a gardé intacte sa FOI en L’HUMANITÉ. Ces deux jeunes femmes, m’ont dit ce que beaucoup de gens disent pour justifier le fait que tout-fout-le-camp-ma-brave-dame-regarde-les-jeunes-savent-plus-lire-plus-ecrire. Là, j’ai levé mon bouclier anti-pensées généralisées et j’ai rigolé.

COMMENT CA, LES JEUNES  NE SAVENT PLUS LIRE???

Mais ils ne font que ça, TOUTE la journée!!!

COMMENT CA,  LES JEUNES  NE SAVENT PLUS ÉCRIRE???

Mais est-ce que le but d’un langage n’est pas tout simplement de communiquer? Est-ce que ce n’est pas ce qu’ils font toutes la journée. Est-ce que vous avez déjà observé les trouvailles TYPOGRAPHIQUES qu’ils font pour raccourcir leurs textes? J’appelle ça, l’évolution du langage. ET rappelez vous qu’à l’époque des débuts de l’imprimerie, le livre était considéré comme l’invention du diable dans la capacité qu’il offrait à l’homme de s’isoler!

Pour finir, je te renvoie à cet interview d’Alain Rey du JDD .

Alain Rey : « La faute d’orthographe d’aujourd’hui est la norme de demain »

Je te conseille évidement l’article en entier, si tu aimes les MOTS et ceux qui ne les oblige pas à rester figés.

Et pour toi, j’ai sélectionné cet extrait:

Etes-vous constamment attentif aux fautes de français, aux fautes d’orthographe?
Oui et non. J’entends les fautes parce que je connais les règles, mais je n’ai pas la notion de la faute qu’ont les professeurs. Leur métier, c’est de garder une norme pour transmettre la langue, pour sa survie à long terme. Mais parler de faute est déjà un choix, ce n’est jamais qu’un écart par rapport à la norme sociale. Il y a une formule que j’adore, mais qui fait bondir les pédagogues : « la faute d’aujourd’hui est la norme de demain ». Les fautes de l’ancien Français sont devenues les règles, sans quoi le français n’aurait pas évolué par rapport au latin. Quand une langue est écrite, elle acquiert une solidité et une résistance, mais en même temps, elle se durcit par rapport à l’oral. On perd la spontanéité et la musique d’une langue quand on l’écrit.

Que vous inspirent les justiciers de l’orthographe, qui sévissent sur Internet notamment?
Ceux qui m’énervent, ce sont les puristes qui ne connaissent rien à l’histoire des mots. D’autres sont des partisans de l’analogie, qui cherchent à normaliser à tout prix. Ça peut être légitime dans certains cas. Mais l’histoire est une leçon d’irrégularité.

Tu vas te dire que je suis d’une mauvaise foi sans nom et que j’essaye juste de justifier mes manques. Mais moi je sais que j’ai essayé. Mais que malgré tout je n’y arriverai sans doute jamais complétement. Et ce n’est pas grave. Parce que visiblement ce que j’ai dans le coeur,  j’arrive à te le communiquer. Même si parfois c’est un peu raturé.

En tout cas Toi tu le sais que j’y mets toute ma SINCÉRITÉ.

Alors si tu as le filtre magique qui te fait voir les idées plutôt que les aspérités tu peux t’inscrire aux Nouvelles Du Bonheur en sachant que d’ici septembre, je reprendrai le fil pour te l’envoyer chaque jour et te rappeller combien tu es MAGIQUE et combien tu as encore de potentiel à développer.

[Et si mes fautes d’orthographes t’arrête je peux comprendre que tu n’aies pas envie de rester]