Publié le 25 Sep 2015 | 4 commentaires

Je vais t’avouer un SECRET aujourd’hui.
En ce moment avec Zélie on se dit plein de secrets. Ca veut dire qu’on se murmure des choses dans l’oreille.  Principalement des MOTs d’amour d’ailleurs. Ca m’a permis de lui demander si un enfant devait toujours garder un secret? Et si elle pensait qu’un adulte pouvait confier un SECRET à un enfant? Je lui ai dit que NON. Et que les SECRETS d’adultes étaient trop lourds à porter pour un enfant. Je lui ai demandé à qui elle pouvait en parler si un adulte lui confiait un SECRET trop gros pour elle ou lui interdisait de parler de quelque chose sous couvert de partager un SECRET. Elle m’a dit à Papa & à Maman. Ca c’est fait, les BASES sont posées.
Mais bon aujourd’hui on est entre adultes. Je te sais assez solide pour accueillir mon SERCET. Aujourd’hui je voulais t’avouer que tout ça:  GRAINE de CARROSSE, le Magasin de MOTS, la rencontre avec Nac’Imagine qui m’apporte déjà et va tellement m’apporter.  Tout ça,  si j’ai tellement travaillé à le faire exister c’est de façon très égoïste pour EVOLUER, CHANGER. DEVENIR moi mais en MIEUX.
Ouais ça va ne fais pas ta blaser dans le GENRE:  OH LE SCOOP comme si on avait pas caler!
Bah toi ça te paraît peut-être évident mais moi je suis entrain de ressentir vraiment pourquoi je me suis autant fatiguée pour permettre à tout ça d’exister. Quand je suis arrivée à la Médiathèque où je travaille encore jusqu’au 1er janvier (2016 sera à tout point de vues une GRANDE année) j’ai eu à peu prêt deux ans d’euphorie à l’idée d’avoir un travail de GRANDE, avec des réunions, des agendas et des collègues supers sympas avec qui boire des verres. J’étais sur motivée. Une des premières choses qu’on m’a apprise  s’est à m’économiser. à en faire moins et que BIEN ou pas BIEN mon travail serait pareillemnt critiqué. Au début je me suis étonnée de leur façon de se détester CORDIALEMENt et de communiquer en MODE Roh et ch’t’ai pas raconter l’autre con hier qui est encore passé. Ensuite je me suis mise à faire comme eux. A communiquer en mode LES GENS ces CONNARDS. J’ai beaucoup réfléchi à ça. Beaucoup analysé mon comportement . J’ai fini par comprendre que n’importe qui dans notre situation de travail se mettrait à détester les gens. JE SAIS bibliothécaire c’est pas le BAGNE, loin de là. Mais c’est juste qu’humainement tu ne peux pas être sympathique, disponible, souriant avec 120 personnes d’affilée. Au bout d’un moment ça te tape sur les nerfs. Surtout si tu par malheur au milieu des 115 biens, tu en as eu 5 qui avaient besoin de déverser leur hargne du monde et d’eux même.
En étant comme ça je me voyais MOCHE. Je me sentais MOCHE et même je devenais MOCHE. DURE. Les trais tirés. FERMEE. Et je détestais vraiment ce que je devenais. Je crois beaucoup au fait que ce que tu es marque ton corps. Parfois en dépit de ce que tu voudrais. Tu te crois rigolote, légère, enjouée et un jour tu te surprends dans un miroir, sur une photo avec une tête ou tu ne te reconnais pas. En tout cas où tu n’as pas envie de te dire que cette fille là c’est toi.
J’étais devenue quelqu’un que je n’aurais pas aimé si je m’étais rencontrée.
BREF. Maintenant je peux te l’avouer une de mes craintes en ouvrant le Magasin, c’était de me remettre tout de suite en situation de face à face avec des GENS. Que cette part de moi ressorte. Mais c’était sans compter sur ce qu’on a mis dans ce magasin. C’était sans compter sans LA MAGIE qui habite ce lieu. A tel point que les TROLLS qui pourraient y rentrer [mais si tu sais les DUBITATIFS, les TRISTES, les Blessés agressifs qui vont te faire payer le fait qu’ils ne se sont jamais aimés] et bien ceux-là ne restent pas longtemps je pense qu’ils sentent d’eux-même que leur attitude n’a pas sa place dans le magasin. Et souvent très vite on les voit ressortir avec un air gêné.
C’était sans compter aussi sur le fait queje suis entrain de changer. Grâce à eux. LES GENS du MAGASIN.
Mais SURTOUT il y a tous les autres. Ceux grâce à qui chaque jour- CHAQUE JOUR – je reconstruis ma foi en l’HUMANITE. Ceux dont je te parelerai régulièrement parce que que tu le veuille ou non je crois que parfois même si elle est GRANDE ta FOI aussi à toi à besoin d’être renforcée. TOUS LES JOURS j’ai au moins une RENCONTRE Incroyable qui me donne envie de sourire et de pleurer.
Nac’Imagine c’est pareil . Nous t’avons fait une petite sélection de NOS GENS du Magasin quej e vais te présenter en altenant ceux de Nac’Imagine et les miens.
Fée Numéro 1624: Josiane rentre avec le petit SamSam dont elle est la nounou. Sam Sam à trois ans. Il s’appelle Samuel. Il est tout petit puisqu’il a CROISAN. Josiane la Nounou me demande si on proposera des ateliers je l’invite à venir voir les presses à imprimer dans l’atelier. Sam Sam nous suit et arrive après nous. Il passe dans l’atelier GROS BORDEL selon les UNS, amas de MERVEILLES pour les autres. Et là, je vois ses yeux s’allumer. Il arrive dans la cuisine ou se trouve les presses.  Plus que BRUT de BRUT comme atelier et il lève la tête les YEUX emerveillés,  en disant C’EST BEAU ICI!!!!
Je lui ai répondu OUI C’EST BEAU parce qu’on y a mis tout notre coeur. ET encore une fois je me suis dit que les enfants voyaient décidément les choses autrement. pas comme ces adultes sarcastiques qui vont nous faire une remarque sur le rangement.
NAC’: La dame abimée par sa côte cassée qui du mal à marcher et qui console un autre monsieur qui est entrée à posé sa main sur le comptoir et à lâché sa  tristesse  de ne plus voir ses enfants . La dame le reprend dans sa plainte en disant :
Cessez vos jérémiades,  regardez autour de vous il y’a ce qu’il faut ici pour être plus heureux !!!
Fée Numéro 1624: Une Maman et ses deux enfants. Sa fille de six ans et son fils d’environ 10 ans. Quand nous étions en travaux elle est venue nous apporter un goûté. Et là elle rentre et elle pousse un OUAHOUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUU émerveillé et étonné. Pendant qu’elle est entrain de m’expliquer que ces enfants eux ne sont pas trop GROS MOTS qu’ils n’en disent que raremetn, les deux loustics sont assis par terre à composer un PROUT et un beau PUTAIN avec les lettres à disposition dans le Magasin de Mots.
NAC’: les jeunes filles qui pleurent quand je raconte l’histoire de notre rencontre, la naissance du magasin et que je dis les raisons qui font que nous sommes là,  nous les enchanteurs !!!
Fée Numéro 1624: La petite fille de tout àl’heure. Celle qui ne dit pas de gros MOTS. Je lui explique qu’ici tout ce qui a court dans les uatres magasin n’est pas valable. Elle peut ouvrir, toucher etc. Elle m regarde et me dit droit dans les yeux Bah ça alors je peux le choisir et l’emporter!  Tu penses bien que j’ai répondu OUI la malice ça doit être recompensé! Et ça devrait être inscrit au patrimoine mondial de l’humanité.
NAC’: il y’a aussi les deux mecs d’hier qui croient en la magie, font le tour du magasin et comme c’est trop dur de le dire fort dans la rue en lancant des paillettes quand tu as 20 ans,  savourent tout de meme le magasin en faisant deux tours de suite.
Fée Numéro 1624: Le mec bien qui suis ton travail depuis quatre ans. Que tu n’as réussi à chopper que deux fois en tout et pour tout en vrai,  même si tu lui dois beaucoup. Qui passe la porte du Magasin et viens s’asseoir pour échanger parce qu’il en a gros sur la patate et qu’il s’est dit que ces MOTS là, il pouvait venir les déposer au Magasin de Mots.
NAC’: Le couple de  Gothique visiblement sous produit et  qui sent vraiment, vraiment mauvais. Ils font  le tour du magasin de façon détaillée. Le garçon  vient au comptoir et dit:  Moi je suis un SORCIER et ici c’est un temple de la magie je l’ai dit à ma copine , j’ai senti tout de suite !!!
Le magasin de mots 9
Je peux te mettre autant de photos que je veux, il y a une chose qui est sûre c’est que tu n’auras jamais la sensation que ça fait visiblement , et qu’on a observé sur les gens qui sont entrés et qui ont voté avec leurs pieds. Alors oui tu habites loin, mais comme le dit si bien Nac’Imagine maintenant on est ouvert pour l’éternité. Pendant ce temps, tu trouveras bien un creneau pour venir le visiter.