Publié le 21 Août 2015 | 5 commentaires

Z&lie,

Si je t’écris aujourd’hui c’est parce que je suis à l’aube d’un jour nouveau. Ce jour n’est pas le premier du RESTE de ma vie.

 Le PREMIER jour du reste de MA VIE, je l’ai vécu le jour où j’ai croisé le

SOURIRE-SOLEIL de ton Papa.

Ton Papouchat, ton GROS Papa. Comme tu l’appelles. ET chaque jour après ce jour là, a été Le PREMIER jour du reste de MA VIE. Parce que depuis lui, depuis TOI, depuis TOI, parce que LUI, je n’ai plus l’impression de JOUER à LA VIE. Je VIS. Je vis chaque jour en me disant:

Là, si je mourrais aujourd’hui ça irait.  Je suis en accord avec moi-même.

Et plus, j’avance, plus c’est le cas. Plus je me respecte et plus je réclame ce à quoi j’ai droit. Et c’est pour ça que je t’écris aujourd’hui ma FILLE, notre FILLE. Pas pour tout de suite. Pas pour maintenant. Car tu as 4 ans et encore beaucoup de TEMPS avant de te poser des questions de Grand. La Z&lie à qui j’écris aujourd’hui, c’est la Z&lie de quand tu seras GRAND. Je dis quand tu seras GRAND parce qu’en ce moment tu vis comme si tu étais un petit Renard. Un garçon RENARD hein. Tu as aussi douze petits frères invisibles qui te suivent partout et font les 400 coups avec toi.

Si j’ai décidé de t’écrire aujourd’hui, c’est parce qu’il y a quelques trucs que j’estime importants de te léguer. Pas de l’argent , pas des meubles démodés. pas des biens immobiliers.

JUSTE des MOTS, mais bien pesés.

Je sais que l’expérience est une lumière qui éclaire derrière, soit comme me l’a souvent répété ma propre Maman. Ta grand-mère. Mamili.

Je sais aussi que malgré tout ce que je vais t’écrire et te livrer tu feras comme tu veux et aussi comme tu peux.

Je sais aussi que tu feras sans doute les choses très différemment de moi.

Je suis même sûre que tu les feras MIEUX que moi.

Je sais  qu’un jour tu nous signifieras le fait que tu as grandi et que tu n’es plus exactement QUE ce petit être qu’on a fabriqué avec ton papa.

Je sais qu’un jour tu te démarqueras de nous et sûrement à un endroit où on ne t’attendra pas.

C’est étrange cette façon qu’ont les parents de mon entourage d’autoriser la crise d’adolescence de leurs enfants, mais seulement là où ils l’ont décidé.

Et c’est étrange aussi de voir que ces ados se rebellent JUSTEMENT là où on ils ne les attendaient pas.

Ces PARENTS là, souvent quand on discute de ce qu’ils vivent. Quand j’essaye de leur rappeler  ce qu’ils étaient eux quand ils était ados. Quand je leur rappelle que les préoccupations de leurs enfants sont peu ou prou les mêmes que celles que nous avions nous, quand nous étions adolescents – ni pires, ni meilleures –  (pour mes amis de longue date à la mémoire courte) coupent court à la conversation en me disant:

TU VERRAS, avec ta fille TOI

C’est IDIOT dire ça.  Je déteste ce: tu VERRAS. J’ai souvent envie de leur répondre :

NON je ne VERRAI pas. Parce que je ne serai JAMAIS toi. (L’inverse étant vrai aussi)

Je sais aussi

(tu as vu je SAIS beaucoup de choses hein. Mais c’est NORMAL. C’est ça être une MAMAN c’est pouvoir se payer le LUXE pendant quelques années de te dire que je SAIS alors que je suis comme toi au fond, parfois JE NE SAIS PAS. Et même je considère que je suis passée à l’âge adulte le jour où j’ai compris que les adultes parfois, très souvent ne SAVENT pas. Que même ils se trompent et se mentent. Qu’ils mentent aux autres, mais SURTOUT à eux mêmes. Et que comme ça n’est pas confortable, ils développent tout un tas de stratégies pour continuer à jouer à être GRANDS sans qu’on leur rappelle sans cesse qu’ils n’ont pas réalisé leurs rêves d’enfants)

qu’un jour tu me feras des reproches. Je ne sais pas du tout où tu les situeras. Je ne sais pas non plus ce que ça me fera. Mais je sais qu’il y aura ton PAPA. Qu’on sera deux, & solides pour t’aider à vivre ce passage là.

J’ai un tout petit peu anticipé ce moment avec cette boîte que j’ai rempli pour toi de tes 0 à 3 ans. Si un jour, tu me dis: PERSONNE NE M’AIME. Je n’ai pas demandé à être là, elle sera à toi. Pour que tu comprennes que TOI peut-être pas, mais que nous on l’a voulu et souhaité en croisant très fort les doigts. Je n’attendrai pas tes 18 ans, où un autre anniversaire que les adultes considèrent comme important, plein de regrets qu’ils sont et amnésiques parfois de ces périodes où l’on n’est pas toujours est loin de là, au TOP de ce qu’on sera. Je te la remettrai et tu pourras voir que SI il y a deux personnes au moins qui t’aime par dessus tout.

Ton PAPA & MOI.

Qu’on a aimé et qu’on aime chaque jour passé avec toi. Et que cette boîte contient tous des trois premières années où tu as fait de deux post-adolescents blessés

(par le divorce de leurs parents,

par des adultes un peu défaillants,

des adultes qui tâtonnaient, qui brassaient du vent,

par des histoires d’amour bancales,

par des amours passées qui nous paraissaient importantes sur le moment et qui au regard de ce qu’on vit ne sont plus que du vent)

Toi malgré tout ça, tu nous a changé pour toujours en deux adultes responsables et aimants.

Deux adultes qui t’aiment pour ce que tu es et pas pour ce que nous voudrions que tu sois.

Deux adultes qui trouvent que c’est MERVEILLEUX de redécouvrir le monde avec toi.

Deux adultes ravis que tu les AIMES et de voir que pour le moment ils sont ton univers et qu’ils sont TOUT pour toi.

ENFIN,  tu sais ce que je CROIS? Que les parents qui détestent ce qu’il advient de leurs enfants au moment où ils deviennent ADOLESCENTS, c’est parce qu’à un moment eux-même ont arrêté d’être EXIGEANTS. Parce que leurs adolescents VEULENT tout de la VIE et qu’ils ne peuvent pas supporter l’image que leur renvoient parfois leurs parents, en se compromettant au nom de valeur qui n’en sont pas, comme par exemple l’argent.

Je me souviens adolescente d’avoir regarder évoluer les ADULTES en me disant:

JE NE SERAI PAS COMME CA. Je ne me CONFORMERAI pas.

Et bien tu sais quoi? J’ai failli. J’ai emprunté un peu ce chemin là. Mais j’ai réagi. Il y a trois ans. Parce qu’avoir un enfant, ça m’a rendu encore plus exigeante sur ce que je faisais de mon TEMPS. C’est ce que je suis venue te dire aujourd’hui. Je te manque parfois. Quand tu joues avec Papa,  il n’y a toujours qu’un Dino Papa et son Dino enfant. La Maman n’est jamais là, parce qu’elle est TOUJOURS au TRAVAIL à la Médiathèque comme tu me dis tout le temps.

Mais si je fais ça. Si je te vole ce temps là. Ce temps de ton enfance que je ne rattraperai pas,

c’est pour pouvoir rester droite en face de toi.

IMG_8514

Pour pouvoir te regarder dans les yeux, quand tu me scruteras pour savoir si ce que JE VIS est en accord avec ce que JE DIS. Ce jour là, je pourrai sans ciller te répondre OUI. Et te soutenir que je n’ai pas laissé les RÊVES-PETITS grignoter mes propres rêves, ni mes envies.

Et que par respect pour moi, pour ce chemin là il devra en être de même pour toi.

C’est la seule chose que je te demanderai. De TE RESPECTER dans ce que tu es, dans ce que tu seras.

Bientôt, ma FILLE je quitterai un endroit qui ne me va plus pour aller chaque jour construire celui qui me correspondra. Celui qui te fera accepter que parfois, j’ai été loin de toi quand tu avais besoin de moi.

Et je te promets aussi que je t’écouterai ma FILLE.

J’écouterai tout ce que tu as à m’apprendre.

J’écouterai tes besoins d’absolu et la façon dont TOI tu voudras mener ta propre vie.

& je t’aiderai à y arriver.

Ta Maman qui t’aime & qui a une CONFIANCE absolue dans le fait que tu feras encore mieux,

encore plus beau,

encore plus grand,

encore plus exigeant.

IMG_8853

IMG_8856

Pour l’offrir à ta Fille à toi, cliques sur la photo qui te mènera à la FABRIQUE de MOTS magiques