Publié le 26 Juin 2015 | 9 commentaires

Mon amour,

Si je prends ma plume aujourd’hui c’est pour te faire une déclaration. MA déclaration. Il faut que bien que je me rende à l’évidence, je t’aime. Et comme toujours en AMOUR, je le conjugue avec pour TOUJOURS. Quand je t’ai rencontré, je ne m’y attendais pas. Ce n’était pas le moment. Tout allait bien dans ma vie. Mais il a fallu que je passe par là. Que je passe par là, avec mon amie Déborah. On s’est dit Et si c’était toi?. Mais à aucun moment je ne me suis dit que j’avais besoin de toi maintenant dans ma vie. Ma vie était déjà bien bousculée. Mais elle avait un axe, un lieu de stabilité. Mais une semaine après t’avoir rencontré Déborah m’a renvoyé une photo de toi en me disant: Et si c’était lui? Je me suis dit que pourquoi pas. Je n’avais rien à perdre. Je me suis dit que je pouvais au moins venir te voir. Que ça ne m’engageait à rien. AH AH alors que j’étais déjà pleine d’espoir en vérité. J’ai appelé. C’était le 1er mai. Il pleuvait. Ce week-end là, j’étais seule chez moi. Mon amoureux et ma fille n’était pas là. Quand je t’ai vu de près, quand j’ai pu sentir ton odeur et vraiment te découvrir de l’intérieur j’ai su au fond de moi. Je le savais déjà. Mais j’étais confuse. Je n’étais pas sûre. J’étais presque prête à te laisser tout de suite à une autre. Je suis rentrée chez moi. J’étais perturbée. J’ai pensé à toi. BEAUCOUP. Toute la nuit, j’ai imaginé ce que je pourrais bien faire de toi & avec toi. Ce que serait ma vie si je décidais de t’y faire rentrer. Alors dés le lendemain matin, j’ai appelé cette fille à qui j’ai failli te laisser et je lui ai dit Je suis désolée, mais je le veux. Je l’ai vu en premier. Je le sens, je vais faire de grande chose avec lui. Ca n’a pas été simple au départ entre toi et moi. Il y a eu des obstacles à surmonter. Mais ça fait bien longtemps que je ne prends plus ça comme le signe qu’il ne faut pas commencer une histoire. AU CONTRAIRE. Il y a eu des barrières entre toi & moi. J’ai même failli baisser les bras. Tout arrêter. Mais quand ça doit arriver, ça doit arriver. Il y a cette petite voix au fond de moi qui chantait. D’abord c’était plutôt un murmure. Le doux son d’une idée entrain de germer. Et puis c’est devenu un HYMNE à la JOIE.

La joie d’une POSSIBILITÉ.

L’idée de TOUTES les possibilités.

Quand j’ai failli baisser les bras d’autres y ont cru pour moi. Ils m’ont encouragé à poursuivre avec toi. A continuer. Ils y ont cru pour moi et je ne les en remercierai jamais assez. Et puis il y a eu ce jour si particulier où on s’est engagés. Ça n’était même pas un jour extraordinaire. C’était en fin de mâtinée. Sur une table en formica, dans une cuisine plus toute jeune. Ensuite comme souvent dans ces cas là, j’ai dû m’éloigner. Parce que j’avais décidé des choses avant toi. J’avais des engagements professionnels qui m’emmenaient loin de Nancy et de toi. C’était salutaire. J’avais besoin de m’éloigner pour réfléchir à ce qui m’arrivait. A ce qui nous arrivait. Et puis je suis rentrée. Et j’ai enfin eu la clef qui me permettait d’accéder à ton cœur à chaque fois que je le voulais.

J’étais tellement fière. J’ai tout de suite voulu te présenter à tout les gens qui comptent. Et là, il s’est passé ce qui se passe quand on tombe follement amoureuse. Il y a des gens qui sont venus et qui n’ont pas su t’apprécier. Pas les très proches évidement. Eux ont tout de suite vu ce que tu m’offrais comme possibilités. Qui t’ont vu avec leur cœur plutôt qu’avec leurs yeux près à te critiquer. Mais attention j’ai beau t’aimer profondément je ne suis pas pour autant aveuglée. Je vois bien que tu n’es plus tout jeune. Je vois bien que la vie t’a marqué. Que tout n’est plus exactement au goût du jour chez toi. Voir que certaines choses chez toi ont été  très abîmées. MAIS moi je t’aime avec ça. Je t’aime même à cause de ça. Parce que tu as une histoire. Et qu’elle s’est inscrite en toi. Parce qu’il n’y a qu’à te regarder, pour en avoir une idée. Quand ces gens m’ont fait comprendre à mots cachés que t’aimer,  c’était vraiment une très mauvaise idée, j’ai eu le coeur tout chiffonné. Ceux qui m’aiment et me connaissent eux, ce sont enthousiasmés avec moi, ils m’ont serrés dans leur bras en me disant FÉLICITATION ALORS t’es CONTENTE? Ton RÊVE va se réaliser. MOI je n’ai pas répondu. J’ai hoché la tête. J’ai souri. Parce que je t’aime déjà tellement que mon coeur et mon corps sont comme anesthésiés. Le temps d’absorber l’idée que ça y est. On Y EST.

MAIS le propre de l’amour que je te porte c’est que ça n’a rien changé leurs MOTS durs et alarmistes. Ils peuvent voir tes fils mal fixés. Tes prises arrachées. Tes murs qui s’écaillent. Ils peuvent dire que tu sens l’humidité. Moi la seule chose que je vois quand je te regarde, c’est tout ce que tu M’OFFRES comme INFINIES possibilités.

Alors voilà c’est peut-être dit en termes maladroits, mais crois moi avec une PROFONDE sincérité. Je t’aime et tu seras à jamais LE PREMIER MAGASIN de MOTS que j’aurai créé.

Magasin de mots1

A bientôt. Prends soin de toi. On a un long chemin à parcourir, et beaucoup de gens à soigner

et à aider à retrouver leur capacité à rêver et à  espérer.

Mais on va profiter de cet été pour apprendre à se connaître et à s’apprivoiser.

Gaëlle