Publié le 19 Août 2016 | 2 commentaires

L’être humain est parfois très surprenant. & parfois assez peu finalement. Depuis l’ouverture du Magasin de mots tu es beaucoup à être entré. Beaucoup pour nous ça signifie 5 ou 6 personnes pour une journée d’ouverture. C’est ce que nous on estime suffisant. Au début, les premiers mois tu étais nombreux à nous demander:

C’est quoi le concept?

Ça nous faisait un peu marrer. & on ne t’a jamais vraiment répondu t’as vu?

On t’a dit: Le concept? Quel concept? Il n’y en n’a pas. On a crée un lieu qui nous ressemble. Un lieu qui nous permet de vivre ce qu’on est, sans avoir à se justifier. Un lieu dans lequel on se sent bien. Et c’est simplement ça que tu sens en entrant. Quand tu ne voulais pas descendre de tes grands Poneys, tu nous renvoyais dans nos buts en nous disant qu’on le veuille ou non que ne pas avoir de concept, c’était encore un concept. Où qu’on le veuille où non un Magasin de MOTS, c’est un concept.

Je n’aime pas ce MOT. Déjà parce que depuis bientôt une année j’ai enlevé les MOTS en CON de mon vocabulaire. Je ne suis plus CON-centrée, ni CON-cernée, ni aucun MOT qui commence par CON. Je ne saurais pas l’expliquer mieux qu’en te disant que le MOT CONCEPT m’évoque l’idée de quelque chose qui a été crée pour provoquer quelque chose chez les gens. Il induit pour moi un notion de manipulation qui n’existe pas dans ce qu’on fabrique au quotidien.

Concept:  Idée générale et abstraite que se fait l’esprit humain d’un objet de pensée concret ou abstrait, et qui lui permet de rattacher à ce même objet les diverses perceptions qu’il en a, et d’en organiser les connaissances.

D’ailleurs en gros si tu t’en tiens à cette définition tu verras aisément que le CONCEPT, c’est ce que toi tu perçois et du coup je ne vois pas comment c’est nous qui pourrions induire quoi que ce soit chez toi. Ce que tu ressens, penses, construit quand tu rentres au Magasin de MOTS t’appartient à TOI & à TOI seule.

Depuis quelques mois la question a changé. Quasiment tous les gens qui rentrent au Magasin de MOTS avec qui on a le temps de discuter finissent à un moment où un autre par nous demander:

& ça MARCHE? 

A cette question j’ai pris l’habitude de répondre par une autre question. Qui est: qu’est ce que vous voulez savoir vraiment? Parce que sous ce :

& ça MARCHE? 

se cachent tout un tas d’autres questions très différentes les unes des autres. C’est très subtile comme nuance & je ne me lasse pas d’entendre tes réponses. Depuis deux semaines, j’ai lancé une nouvelle collection de Cartes. Elle s’appelle LES PHRASES NUES. Si tu me suis depuis un moment tu as une idée de ce que c’est. LES PHRASES NUES ce sont des phrases débarrassées du FILTRE SOCIAL. Mes préférées. De celles qui ne m’ont jamais aidé à m’insérer correctement dans la société. Mais si tu me suis depuis un moment déjà tu sais que m’insérer dans la société, j’en ai un peu rien à carrer. Je suis INTROVERTIE, je te l’avais expliqué dans cette note. Plus le temps passe et plus j’essaye de laisser cette partie de moi prendre sa place. Ces PHRASES NUES je ne vois vraiment pas comment quelqu’un pourraient les acheter. Ce qui est tout de même paradoxal pour quelqu’un qui essaye de vivre de sa créativité. Mais peu importe, ce que j’ai appris avec le Magasin de MOTS c’est que plus je suis exigeante à être moi-même, plus tu me suis et plus tu reconnais quelque chose dans ce que je crée. Donc je ne vois pas pourquoi je me priverais. Je me dis qu’à la limite mes PHRASES NUES, tu peux déjà te les offrir à toi-même. Comme ça, tu ne pourras peut-être pas lui dire à ton collègue Michel pour ses cheveux,  mais tu pourras déjà l’accrocher dans ton bureau, ça peut peut-être un peu te soulager. Voici quelques unes de ces PHRASES NUES que je t’ai concocté.

IMG_4939

IMG_4941

IMG_4951

IMG_4955

IMG_4957

IMG_4959

Phrases nues Graine de Carrosse 001

Phrases nues Graine de Carrosse

Les fautes de frappe où d’orthographe, c’est CADEAU! Bon, tout ça pour te dire que quand on me demande:

& ça MARCHE? 

Face à cette question récurrente,  j’ai une furieuse envie d’exercer mon nouveau métier! TRADUCTRICE EN PHRASES NUES. Voici quelques une de mes traductions. Parfois grâce à la personne qui me l’a posé, parfois grâce à mon grand talent pour cette nouvelle langue pour laquelle je me passionne.

  • & ça MARCHE? Sous entendu d’après le ton employé & ça MARCHE vos conneries? Cette version est assez peu courante mais ça peut arriver. Elle s’accompagne d’un ton un peu rigolard et d’un sourcil soulevé.
  • & ça MARCHE ? C’est tellement atypique.
  • & ça MARCHE de réaliser ses rêves? Celle-ci est posée sur un ton mi craintif, mi-réjoui.
  • & ça MARCHE? Tu gagnes de la thune à mort? Tu as une Ferrari? C’est fructueux comme business? 
  • & ça MARCHE de vendre du rêve & de l’inutile indispensable? 
  • & ça MARCHE? Vous allez continuer à exister?
  • & ça MARCHE, de faire un Magasin de bric & de broc sans être accompagné par un CONCEPTEUR d’ESPACE de mon Q, ou d’un Designer de Marketing viral?
  • & ça MARCHE dans ce quartier un peu excentré?
  • & ça MARCHE?  & ça MARCHE?  & ça MARCHE? & toutes ces versions que je n’ai pas encore expérimentées. Parfois curieuses, parfois intéressées, parfois bienveillantes, parfois un peu moins, parfois amusées, parfois étonnées, parfois blasées.

 A toutes ces version de la question, je réponds la même chose.

OUI, ça MARCHE! 

Aussi étonnant que cela puisse paraître (j’en suis la première étonnée)

VENDRE du rêve en 2016, ça marche.

RÉALISER ses rêves en 2016 ça marche & je ne suis pas désolée d’avoir à te l’annoncer.

Même si je dois préciser que ça demande du travail. Pas mal de travail.

TRAVAILLER AVEC TOUTE LA SINCÉRITÉ DONT TU ES CAPABLE, ça marche.

Alors si par & ça MARCHE?  Tu entends est-ce que tu es blindée de thune? Je te montrerai le trottoir  devant le Magasin de MOTS en te disant que: Non tu vois je n’ai pas une Ferrari garée devant le magasin. Déjà parce que je trouve ça assez vulgaire [IRONIE] et surtout parce que je ne place pas ma réussite à cet endroit là.

Mais après discussion avec une voisine qui tient un Magasin où elle revend des objets qu’elle achète je peux maintenant affirmer que OUI ça marche parce que même si elle est petite ( 800 euros environ), j’arrive à me tirer une rémunération. Le fait de fabriquer sur place change tout à la donne, visiblement.

Mais si tu veux savoir si je suis heureuse, je te répondrai oui.

Si tu veux savoir si je ne regrette pas ma décision d’avoir quitter la Fonction Publique je te répondrai que NON à aucun moment.

Si tu veux savoir si je m’en sors financièrement je te répondrai OUI. Suffisamment pour payer mes charges au Magasin, payer mes charges tout court, payer ma part de loyer à la maison & même quand je veux, je peux aller boire des coups avec mes amis ou payer un restau à mon amoureux. Ce qui pour moi est le signal que ça va, vu que quand j’avais un SALE-AIR ça m’arrivait de ne pas pouvoir envoyer une lettre parce que je n’avais pas de quoi acheter un timbre. DONC je vais répondre OUI à ta question & Ça MARCHE?

 Cela étant dit j’ai une nouvelle assez difficile à t’annoncer. RÉALISER ses rêves en 2016 ça marche, mais MARCHER à moi ça ne me suffit pas. L’été a été pour le moins compliqué pour moi. Et je ne vais pas faire comme si c’était réglé cette histoire. Je suis passée par toute les phases. Culpabilité, tristesse, colère, apathie ( à peu près mon état aujourd’hui) parce que TOUT ça ne me suffit pas. J’en veux plus. Moi je ne veux pas que MARCHER. Je veux VOLER, NAGER, COURIR, RESPIRER. Je ne peux pas t’en dire plus, si ce n’est de rester vigilante. Je veux dire sur le CHEMIN de tes rêves. Parce que OUI, ils connaissent le CHEMIN. Mais la difficulté et de les  retrouver quand tu auras bifurqué. Il faut continuer à s’autoriser. Alors voilà, je ne sais pas encore EXACTEMENT quelle forme va prendre la suite. Je commence à entrevoir quelques formes qui sont là depuis longtemps. Ça parle d’écriture, de solitude, et de nature. Ça parle d’un endroit à moi au fond d’un bois.

La cabane de mes rêves

Mais je ne vais pas t’en dire plus pour le moment tout simplement parce que je n’en sais pas plus. Je vais simplement me laisser le temps. Le temps d’aller un peu moins bien. Le temps de faire ré-emerger ces rêves qui sont là enfouis en moi depuis trop longtemps et qui me réveillent la nuit en me serrant les côtes, m’empêchant de respirer pour m’obliger à mettre des choses en oeuvre pour les réaliser. Je vais arrêter de culpabiliser. OUI j’ai déjà fait un longue route, mais j’ai compris ça. C’est la ROUTE qui m’intéresse. Pas la DESTINATION. Mais si sur cette route pouvait se trouver cette maison, je crois que je prendrais le temps de m’y arrêter. Peut-être même que je pourrais avoir envie de m’y installer. Mais ça va me demander de mettre par terre tous mes OUI MAIS.

& il y en a encore beaucoup au moment où je t’écris.

Si tu souhaite continuer à observer ce que ça fait quand on empreinte son propre chemin,

tu peux t’inscrire ici:

& si tu t’en fous et bien ne t’inscris pas! C’est SIMPLE!