Publié le 1 Jan 2016 | 4 commentaires

En ce premier jour de l’année, j’ai décidé de ne pas répondre à une question que vous ne vous posez pas tous, mais que vous êtes plusieurs à me poser.

Cette question EST:

Est-ce que Nac’Imagine est mon AMOUREUX?

Si tu nous connais en vrai, toi tu sais. Donc tu peux d’ores et déjà t’en retourner à ton canapé, pour finir ta journée de GLANDE rituelle du premier jour de l’année!!! Comment ça tu n’as pas mis ça en place chez toi??? Nous on a inventé ça dés la première fois avec L’Homme de ma vie!!! Une journée sans enfant (à l’époque c’était plus évident que maintenant) à se lever à 12h pour bruncher. S’étirer lascivement devant la télé. Retourner se coucher. Se relever. Traîner la couette jusqu’au canapé et se ré-étaler comme un chat pour recommencer. On a du y déroger une fois. Une seule où on n’avait pas pu faire garder Z&lie. C’est TOUT.

Nac'Imagine 004 Nac'Imagine 007

Donc pour ne pas répondre à ta question je voulais te parler de LUI. De Nac’Imagine et de ce que ça fait de l’avoir rencontré, aimé, découvert (même s’il m’en reste pour des années) et enfin de la chance que j’ai de l’avoir dans ma VIE. Avant de commencer je tenais à te préciser un TRUC IMPORTANT pour moi et pour LUI.

NAC’ se prononce NaSS. Pas NAK. ET Nac’ s’appelle Nac’, pas YOHANN comme je t’entends parfois l’appeler. Ce prénom c’est lui qui l’a choisi à un moment dans son chemin de VIE. Yohann KAMINSKI, c’est lui aussi. Mais Nac’ c’est le prénom qu’il s’est donné. Celui qu’il a choisi. Alors le mieux, c’est que tu fasses comme lui.

AVANT 

Avant de rencontrer Nac’ j’avais déjà bien, bien amorcé le changement. Je travaillais CHAQUE JOUR à quitter un lieu auquel je n’appartenais plus. Je t’ai déjà tout raconter ici, on ne va pas revenir dessus. J’étais sûre d’UNE seule chose. Dans ma nouvelle vie, dans le travail de mes rêveries je serais SEULE et donc BIEN accompagnée à coup sûre. Je me méfiais de moi, de ma capacité à m’accorder à d’autres. J’avais appris à connaître et à accepter le fait que je suis INTROVERTIE (si tu veux savoir ce que ça implique clique ici). Je passais 9h par jour, 3 jours par semaine SEULE dans mon atelier et je m’en portais extrêmement bien. J’étais alors au FAT. Le collectif dont j’ai fait partie j’avais un MAGNIFIQUE ATELIER de 22 m2 et tout roulait. Et là, ça fait un peu:  PUTAIN et qu’est ce qu’il s’est passé de terrible APRES? Après il est arrivé un truc qu’on appelle LA VIE. Quelque chose qui fait souffler un vent imprévu sur tes idées bien rangées & qui t’amène si tu ne résistes pas au vent à un niveau supérieur auquel tu ne pouvais même pas pouvoir accéder.

Nac'Imagine 002

LA VIE

Déjà j’aurais du me douter que ça allait grave TOUT CHANGER EN MIEUX dans mes petits projets de fille bien toute seule et qui tenait à le rester. Quand Nac’ est arrivé dans ce collectif avec sa copine Kiki, l’atelier qu’ils devaient occuper n’était pas encore libre. Nac’ il est arrivé avec sa crête d’indien et son béret. Il a posé tous ces pots de crayons dans la cuisine du collectif et il a commencé à bosser. On a pas trop parlé parce qu’on était tous les deux au taquet et qu’on avait DU TRAVAIL, DU TRAVAIL, DU TRAVAIL à effectuer. Des idées à jeter sur le papier. Des MOTS à imprimer des paillettes à faire pailleter. Mais quand même déjà là, j’aurais du me douter. En partant le soir je lui ai dit que s’il voulait il pouvait aller travailler dans mon atelier. Mon atelier tout carré. Rangé comme une chambre de jeune militaire à l’époque où le service existait encore!

Nac'Imagine 008

Mais bon, je ne sais pas j’ai toujours eu un truc avec les crayons moi, ça avait déjà du bouger un truc chez moi tous ces pots remplis de crayons.

Et puis après on s’est croisé.  je lui ai fait part de mon projet de quitter la Fonction Publique. Il m’a dit en me regardant des les yeux: MOI JE L’AI FAIT. CA JE PEUX TE LE PROMETTRE tu ne vas JAMAIS le regretter. C’était le premier que je rencontrais qui l’avait fait sans aucun filet de sécurité. N’écoutant que son coeur et ce qu’il lui criait. C’était le premier à témoigner ainsi de ce que je sentais.

Ensuite on a discuté en se croisant de temps en temps, en se faisant un thé. Il m’a dit: Je suis comme ci, je suis comme ça. Moi je ne suis pas comme ci, moi je ne suis pas comme ça. Déjà là, il faisait comme s’il ne m’écoutait pas, comme s’il savait ce qui était bon pour lui. Depuis je sais qu’il lui faut juste du temps mais que toutes les informations passent et toutes elles sont traitées pour en tirer l’essentiel et la vérité. Moi je faisais comme je fais tout le temps. J’attendais. Sans trop me raconter. Mais c’est parce que je ne savais pas encore qu’avec lui je pouvais me mettre à nu, jamais il ne se moquerait, ou ne se tromperait sur ce que je lui montrais. Il était un des rares qui ne s’est pas arrêté à l’idée qu’on peut se faire de moi, qui est assez faussée pour ce que j’en perçois et ce que j’en sais. Même si peu m’importe, ça fait le tri. C’est un gain de temps certain qui me permet d’avancer. Et puis lui il est resté.

Nac'Imagine 003

Et puis. Et puis un jour on a pris le temps de se parler. On a commencé à 9h. En buvant un thé. Il m’a suivi dans mon atelier avec sa feuille et ses crayons et on a parlé. Parlé. Parlé. Les autres, je crois qu’ils trouvaient ça un peu bizarre que je le laisse entrer dans mon atelier pendant que je travaillais. J’étais debout à côté de ma presse et lui debout à côté de mes casses. Et c’est là. Exactement à ce moment là, que ça c’est passé. Je l’ai écouté.

Et puis je lui ai demandé :

Dis est-ce que toi aussi on peut passer des heures à te démontrer que la VIE c’est DURE. Que le MONDE fout le camp et que VRAIMENT la VIE c’est compliquée. Mais qu’à la fin quand tu repars tu sens un sourire en coin qui naît et en ton FORT INTÉRIEUR, tu te dis très FORT,  OUI d’accord MAIS!

Il a dit OUI.

Et puis je lui ai demandé:

Dis est-ce que toi aussi tu pourrais te retrouver sans rien et quand même l’essentiel tu l’aurais?

Il a dit OUI.

Et puis je lui ai demandé:

Dis est-ce que toi aussi on pourrait t’emprisonner, mais quand même tu aurais des ressources infinies en toi pour continuer?

Il a dit OUI.

Alors j’ai SU. J’ai SU que je n’étais plus seule à être comme j’étais.

Et en pensant à voix haute avec lui je lui ai dit: Ça y est en parlant avec toi je comprends mon méta-Projet. Jusqu’ici, jusque toi je croyais que je travaillais à me fabriquer ma LIBERTÉ. Mais en fait, je viens de comprendre en parlant avec toi que j’ai une FOI INFINIE en l’humanité. Et que, puisque j’en ai plein j’ai pour MISSION de la partager. Parce que c’est ça hein, Nac’ que tu fais aussi? Tes dessins, tes écrits, c’est ça aussi que tu dis?

Il a dit OUI.

Et moi de tout mon coeur aussi.

Nac'Imagine 006

 

Et on a produit rapidement notre premier écrit. Après je lui ai offert ça.

 

cartes-la-carte-postale-message-puzzle-a-13831539-img-6853-2ea38-b2f7b_big

 

Voilà. Je n’ai pas répondu à ta question parce qu’avec nous c’est comme ça. Les questions nous on se les pose avec TOI. Ou on te fait te les poser, pour que tu ne t’endormes pas sur tes lauriers.

Alors maintenant je te la retourne. D’après toi, d’après ce que je viens de t’écrire Nac’Imagine et Moi on est amoureux ou pas?

 

 

En revanche si la question cachée était : Est ce que Nac’Imagine et toi vous faites l’AMOUR ensemble? Alors là en revanche je peux te répondre. Non L’AMOUR ensemble, on ne le fait pas. On le FABRIQUE. On le VIT. On le DIFFUSE. On le dit. Mais chacun de notre côté on a trouvé celui qui nous fait battre le coeur, le corps et les envies.

Mais quoi que tu en penses. Quel que soit le nom que tu donnes à ce que je te décris moi j’appelle ça l’AMOUR. L’AMOUR PUR. De celui qui GRANDIT chaque jour.

NacImagine & Graine de Carrosse

Parce qu’ensemble ON RIT.

Alors toi aussi viens faire LA MOUE avec nous au Magasin de MOTS.