Posted on 17 Mai 2019 | 4 comments

Alors non, je t’arrête tout de suite je ne vais pas te faire une soirée diapo 2.0 de mon séjour à Paris avec mon mec et ma fille. Si je débute cette note par une photo de Zélie entrain de dessiner les os de Lucie, c’est parce que c’est là que tout à commencer. Là, & il y a bien longtemps. Avant. Par ailleurs. J’avais fait une promesse à ma fille. & je m’en étais faite une à moi-même en même temps. Je m’étais fixée comme objectif quand je serais entrain de réussire mon projet, de pouvoir un jour, inviter mon mec & ma fille à faire un voyage, alors que j’aurais payé tout ce que j’avais à payer par ailleurs.

& bien, j’ai une BONNE NOUVELLE.

Ce jour est enfin arrivé. J’avais promis à Z&lie, il y a 4 ans, juste avant l’ouverture du premier Magasin de MOTS, qu’on reviendrait à Paris et qu’on irait sur la Tour Eiffel cette fois! Vu que sans Coupe-fil, on ne va pas se mentir, c’est un peu fastidieux.

En préparant la surprise que je leur ai fabriqué pour leur faire deviner où on partait, je me suis dis qu’à cette occasion, on pouvait aussi aller au Muséum d’Histoire Naturelle, vu que Zélie veut devenir Paléontologue et que malgré les années qui passent , ça n’a pas l’air de lui passer (pas que je le souhaite, mais les dinosaures, c’est quand même assez courant comme passion chez les enfants). Je me garde comme un précieux trésor ses yeux qui brillent, en arrivant à l’entrée de la Galerie de paléontologie, pour passer à ce qui m’interesse vraiment aujourd’hui. C’est que ça Y EST! C’est arrivé! ça s’est remis à pétiller en moi, à l’idée d’une idée! Mettons nous d’accord tout de suite, sur un point important. Ce que je vais t’annoncer n’enlève RIEN à ce que je fabrique au quotidien depuis maintenant 4 ans. J’en ai fini avec les ruputres brutales, et le fait de salir ce que je faisais avant, pour pouvoir aller de l’avant.

Mais je dois bien noter que ce n’est que la troisième fois dans ma plus si courte vie, que ça m’arrive de sentir que je suis arrivée à un point de jonction dans ma vie professionelle.

La première fois, quand j’ai retrouvé le chemin qui menait à mon envie d’être bibliothécaire: les livres, la lecture, les médiathèques, l’animation, la calligraphie, les MOTS, la poésie, un travail stable d’adulte et un aboutissement de la fin de mes longues études.

La deuxième fois, le jour où j’ai mis le doigt sur l’idée d’un Magasin de MOTS où je pourrais mettre cette envie latente de faire de l’imprimerie typo: la liberté, la solitude, un lieu adapté à moi et plus l’inverse, fabriquer des trucs comme ça me vient sans utilité, mettre de la magie dans ma vie (et je crois celle des autres), fabriquer ce qui me manque dans le monde, travailler dans un lieu à ma juste mesure, avoir le droit d’être qui je suis.

La troisème fois, c’était hier. Je veux inventer un Musée du Merveilleux. & même mieux, j’ai besoin qu’un Musée du Merveilleux existe. & comme pour le Magasin de MOTS, j’ai cherché un peu partout sur L’internet électronique, ça existe dans la fiction, mais dans la réalité, je n’ai rien trouvé!

Alors si, il y a cet événement proposé en ce moment même par la BNF, sur le Merveilleux Scientifique. Il y a même un colloque en juin sur le sujet. & franchement j’ai vite fait, caressé l’idée. Mais comme mon chemin jusqu’ici, m’a quand même appris quelques trucs, je crois que cette fois je vais gagner un peu de temps ( & d’argent accessoirement). J’ai lu le programme de ce colloque, et au dedans de moi ça a fait:

Un peu comme si on t’invitait à un colloque de réflexion sur le rire, au lieu de taper des barres avec tes potes. C’est sans doute très intèressant ( la mytho, AH AH AH) mais une chose est sûre, ce n’est pas pour moi. Mais plus je tombe sur des propostions comme celle-ci, plus je me dis que ce futur Musée  du Merveilleux a une raison d’être.

Donc ma fille fait ses croquis d’aventurier, comme elle dit, et du coup, je m’éloigne un peu pour regarder ce qu’il y a dans les vitrines. Je tombe sur un COEUR énorme, celui du chameau je crois, mais je ne suis pas certaine de ce que j’avance (rigueur scientifique, quand tu ne nous tiens pas). Enfin c’était plutôt une vitrine de COEURS. Une comparaison de COEURS. Alors là, devant la vitrine je pense au travail de Nac’ & à sa Rafistolerie.

Je pense à ce coeur  en volume brodé par une artiste de Nancy, mais je viens de chercher, je ne retrouve pas son nom. Je lui avais d’ailleurs envoyé un texto pour lui dire qu’elle avait un COEUR MAGNIFIQUE, mais visiblement la vitrine qui l’entourait l’avait empêché d’être touchée par mon message. C’était un COEUR en FEUTRE et perles brodé. Un vrai coeur HUMAIN, pas une forme de COEUR. ça fait partie de ces trucs que tu vois et que tu ranges dans ton armoires à souvenirs merveilleux (nous y reviendrons). ça m’a fait pensé au COEUR COUSU de Carole Martinez dont la possibilité de lecture, m’avait été offert par une artiste accomplie qui me l’avait cité comme le livre qui avait changé sa vie. & puis j’ai continué à avancer en continuant de penser.


Comme on ne se refait pas tout le temps, au lieu de regarder ces beaux spécimens  de foie en bocaux & autre trucs un peu limites, je me suis mise à observer les étiquettes. La calligraphie de celle-ci. Ou la façon dont c’était dactylographié. Les numéros d’inventaire. Le nom du scientifique.

Quand je suis arrivée au fond du musée, je suis tombée sur les vitrines qui font frétiller tout le monde (enfin j’imagine). Les vitrines qui contiennent les monstres. Les petits chats à deux têtes. Les squelettes de foetus. Les moutons à 5 pattes. J’ai une déformation qui fait beaucoup rire mon amoureux, c’est que si tu me laisses faire, je LIS tout dans les musées. Tous les panneaux. Je n’aime pas qu’on me prenne pour quelqu’un d’intelligent qui serait équipé pour comprendre. J’aime bien qu’on m’EXPLIQUE. Autre déformation, quand je lis un magazine, je LIS tout aussi. Pas question d’aller lire la partie qui m’interesse à la fin, si je n’ai pas tout bien parcouru avant. Bon j’avoue, je saute les articles qui  me font chier. Mais je leur donne leur chance quand même. Tant pis pour eux, si le job n’est pas fait.

J’ai donc appris ce qu’était la TERATOLOGIE.

J’ai lu attentivement ces explications & ça a fait écho en moi à cette conversation qu’on avait eu  avec Nac‘ au Magasin de MOTS. & qui avait mis au jour ce nom commun, pour cette envie commune qu’on avait.

ALLER VOIR DU côté LUMINEUX des choses.

& que Nac‘ appelle:

EXPLORER LE MERVEILLEUX. 

& là, tu SAIS? Le moment où toutes ces pièces que tu rassembles petit à petit depuis quelques années, qui s’assemblent. Comme par MAGIE. Même si tu peux au moins te féliciter de les avoir garder en attendant de savoir ce que tu en ferais. Alors que parfois tu t’ai demandé pourquoi tu t’encombrais de tous ces trucs qui n’avaient pas de sens, quand tu les regardais de façon séparée.

L’Idée!

Celle qui fait pétiller le COEUR & briller les yeux. Celle qui fait que ton mec te voir arriver avec un air content & un peu inquiet à la fois, vu que vous en sortez à peine de ta première idée. Celle que tu attendais depuis le début de l’année. Sentant bien que ta place n’était plus tout à fait où tu étais. ALORS ne CRIE pas tout de suite. OUI j’aime mon MAGASIN de MOTS et il est le plus ajusté de tous les endroits où je me suis installée depuis des années. Mais à chaque fois que quelqu’un m’en vante les mérites, à l’intérieur de moi, j’entends une petite voix qui dit:

& bien, c’est SUPER que tu sois venu(e) MAINTENANT.

Parce que le MAGASIN de MOTS, il est là pour le moment.

Mais je ne sais pas la SUITE que je vais lui donner.

Alors il faut t’en saisir, tant qu’il est d’actualité.

Je ne dis rien de définitif. Je ne sais pas ce que ça va donner. Je ne sais pas du tout comment ça va se dérouler. J’espère avoir appris quelques trucs avec la fabrication de mon Magasin de MOTS. & j’espère en avoir suffisament chier, pour me rappeller le moment venu, de ne pas recommencer les mêmes conneries.

En faire d’autres, ça oui, je suis OK.

Mais pas refaire les mêmes. ça serait trop de temps perdu.

Mais ça va, arrête de piétiner.

Je vais te la dire la SUITE que je vais donner à mon projet.

Voilà, c’est ça que je vais faire les 10 prochaines années.

Demain, ici même à 18h18,

sur LE BLOG, tu pourras aller le visiter.

Littéralement ENTRER dans mon Musée du MERVEILLEUX.

(Mais le lien ne marchera que demain à 18h18)

OUI je sais. Je suis trop rapide.

A peine j’ai eu l’idée & il est déjà entrain d’exister.

Mais que veux-tu,  j’aime que ça aille vite.

(Rires salaces dans le fond de la salle)

& surtout, je vais arrêter de me la claquer. Surtout, j’ai appris avec mon Magasin de MOTS l’importance de visualiser. J’ai appris l’importance de raconter la suite de ses rêves. L’importance de CONTINUER à rêver. De les dessiner clairement, précisément. Pour pouvoir un JOUR comparer.

Ce que tu voulais & ce qui est en fait, arrivé. 

 

J’ai aussi appris que la réalité, elle aussi vient avec sa jolie trousse bariolée et qu’elle a tendance à remettre des coups de crayons, là où tu as merdé dans ton dessin. Un peu comme ton prof d’Arts plastiques, qui en un ou deux coup de crayon de papier, retouchait ton esquisse et lui donnait le supplément d’âme qui lui manquait.

LA VIE, elle fait ça.

La VIE, c’est ton prof d’ARTS PLA.

La vie, elle a a plus d’expérience que toi. & si toi tu ne sais pas, elle,

ELLE sait pour TOI.

J’ai continué à me promener dans le musée, mais comme quand tu tombes amoureux c’est le même endroit, mais plus la même réalité. Je crois que ce qui m’a le plus ému dans le Muséum d’Histoire naturelle, c’est cette vitrine en particulier.  Déjà le côté ancien, très oublié du papier à tapisser, qu’ils ont laissé sans doute depuis la création du musée sous les différents fossiles, je trouve ça hyper touchant. Je ne sais pas si c’est une volonté muséographique d’un grand muséographe de New-York, comme on a tendance à l’imaginer, quand on est dans un lieu très fréquenté. Mais justement je trouve ça hyper touchant. Mais SURTOUT ce qui m’a plu, c’est la partie vide de la vitrine. Tu vois? Il y a encore les emplacements décolorés par la soleil sur la vieille tapisserie? Mais les emplacements de quoi? Bah l’idée de mon Musée du Merveilleux est venue remplir tout ça.

Ou pas.

Le MERVEILLEUX, ça peut aussi être encore plus MERVEILLEUX, quand on te laisse imaginer. Quand c’est toi qui rempli les endroits décolorés par le soleil avec ton imagination.

Sous les vitrines, il y a des rangées et des rangées de tiroirs comme ceux là. Du coup, je me suis dirigée vers le fond, où il n’y avait personne et tu penses bien que j’ai essayé de les ouvrir ces tiroirs là. Bah en fait, ils sont collés! Mais je peux te dire non sans Fierté, que j’ai vu une enfant d’environ 6 ans faire la même chose que moi peu après. & quand tu te surprend à faire la même chose qu’un enfant de 6 ans, tu te dis que t’es pas complétement pervertie par la société. Dans mon musée, y aura des tiroirs à OUVRIR, comme au Magasin de MOTS,

et y aura encore plus de merveilleux que ce qui te sera donné à voir, dedans.

Ensuite j’ai observé les panneaux peints à la main & je me suis dit que ça pourrait être cool

de faire la même chose qui expliquerait

la METAMORPHOSE d’un être HUMAIN,

son passage de personne éveillée, à la tentative d’être un adulte,

puis son retour à la réalité.

J’ai kiffé ce panneau là. Avec ces MOTS en moins.

J’ai adoré cette collection de coquillage posée sur des papiers un peu usés, un peu gondolés.

& évidement, j’ai ressenti une tendresse particulière pour cette collection de sable de partout dans le monde mise en bouteille. D’ailleurs tu te souviens une fois? Tu m’as amené du sable noir de la Réunion je crois,  dans un pot au Magasin de MOTS. Si je le retrouve dans le bordel de ma fille, qui me l’a emprunté et si elle ne l’a pas vidé dans un coin de sa chambre, ce sera le premier sable mis en bouteille pour le Musée. Parce qu’on a tous (non?) fais ça. Ramener du sable de nos vacances, comme si on ramenait ce qui s’y est passé. Alors dans le Musée du Merveilleux, on aura non seulement les bouteilles de sable du monde entier, mais à côté on aura l’histoire du moment où tu l’auras ramassé! OK?

Au dessus des bouteilles de sable du monde entier était suspendu des moulages de l’intérieur de coquillages. Mais bon, du coup c’est déjà fait si c’était pour refaire le Muséum d’Histoire naturelle, on s’épargnerait beaucoup de travail MAIS ça ne servirait pas à grand chose. EN REVANCHE, on pourrait supsendre des jolies fabrications faites par des EXPLORATEURS du MERVEILLEUX, de cette façon non?

Alors je sais ce que tu vas dire:

  • Mais TON IDEE, tu ne devrais pas la détailler autant. Y en a qui vont te la piquer. En tout cas, c’est ce que ma mère m’a dit. Alors je te répondrai que j’ai acheté le nom de domaine en .com et en .fr. ça c’est fait. & je te répondrai aussi, que grand bien leur fasse, à ceux qui voudrait la piquer. Parce que mon idée il n’y a que moi qui peut la réaliser à ma façon. C’est ce que j’ai toujours pensé, pour toutes mes idées. Ce musée ne peut exister comme je l’IMAGINE, que si c’est moi qui le fais. & ATTENDS j’ai fait mieux, demain sur le blog à 18h18, je te décris précisément comment il est, Mon Musée du MERVEILLEUX. Mais franchement, je suis rassurée, car à part moi qui ai eut l’idée, qui voudrait se faire chier avec tout ce que ça implique de mettre au monde un tel projet? AH AH AH. A la limite j’ai envie de te dire que ça m’épargnerait bien des emmerdes.
  • & toi, mon AMI(E) qui me voit venir, tapant dans mes mains d’excitation à l’idée de mettre en route (il l’est déjà, en réalité) je te vois me regarder mi-contente, mi-inquiète parce que TOI tu SAIS. Tu te souviens peut-être mieux que moi, par quoi je suis passée pour mettre au monde mon Magasin de MOTS. & ça te rend enthousiaste, parcer que finalement j’y suis arrivée. Mais tu te demandes aussi, s’il va y avoir d’autres soirées où j’arriverai déséspérée chez toi, me demandant POURQUOI JE FAIS ça? Pourquoi je ne peux pas rester tranquille et PROFITER de ce que j’ai déjà fait.

Je n’ai pas de réponse. Si ce n’est ce que ça me fait à l’intérieur, quand je pense à METTRE au MONDE un Musée du MERVEILLEUX. Mais voilà qui est fait! Je suis épuisée de te l’avoir raconté. Ce n’est pas rien un accouchement. ça laisse vidé. Alors je vais aller écouter la mésange dans mon jardin. Traîner à la bibliothèque, le nez au vent, et ensuite j’irai ouvrir mon Magasin de MOTS & fabriquer des trucs avec mes mains.

L’idée est plantée. Je vais la laisser germer.

Si tu veux visiter mon Musée du MERVEILLEUX,

à demain, 18h18 ici même sur le BLOG.